MENU (5)

Bigflo & Oli - Sacré Bordel - Traduction Française (Paroles)

Pourquoi je suis mal à l'aise devant mon propre drapeau ?
Pourquoi j'le vois brandi uniquement à l'étranger ou chez les fachos ?
Longtemps qu'il a pris la poussière, le mien ne m'a pas trop servi
Pourquoi ça me gêne moins quand c'est celui de l'Argentine ou bien d'l'Algérie ?


Bigflo & Oli - Sacré Bordel (Paroles)

Pourquoi je suis mal à l'aise devant mon propre drapeau ?
Pourquoi j'le vois brandi uniquement à l'étranger ou chez les fachos ?
Longtemps qu'il a pris la poussière, le mien ne m'a pas trop servi
Pourquoi ça me gêne moins quand c'est celui de l'Argentine ou bien d'l'Algérie ?
Je réponds : "je suis Français", d'un air hésitant, comme si en douter devenait évident
Peu importe le bord, peu importe le camp, on m'a dit de détester le Président
J'viens du pays où il fait toujours beau mais aussi d'celui où il pleut tout l'temps
Dis-moi de qui j'suis le descendant : des collabos ou bien des résistants ?
Autant de cons que de complexes, si je pars, vous allez pas m'manquer
Mais à l'autre bout du monde, premier réflexe : je cherche s'il y a des Français
J'aime la France, comme une tante avec qui j'suis pas toujours d'accord, qui fait trop peu d'efforts
Mais pour qui je chialerai toutes les larmes de mon corps à sa mort
T'as vu depuis combien de temps ça dure ? Amour ou haine, c'est pas une mince affaire


La police, celle des sales bavures ou celle en première ligne à l'Hyper Cacher ?
Voir ailleurs, prendre du recul, essayer de couper la poire en deux
Quand on part en Inde, on se sent Français ; quand on en revient, on se sent chanceux
Souvent, on trouve les réponses quand on les attend pas (Quand on les attend pas)
Ici, c'est à celui qui mentira le plus sincèrement
On s'aime (On s'aime) qu'après les Coupes du monde ou les attentats (Les attentats)
Comme ces familles qui s'réunissent qu'aux mariages ou aux enterrements
Ça t'fait bizarre mais je l'aime, ce pays, celui qui me taxe et me couvre d'impôts
Celui qui paye pour moi à la pharmacie, qui m'emmenait gratuit voir la mer en colo'
Son histoire, j'en connais ses horreurs mais aussi sa puissance
J'suis pas responsable de ses erreurs mais j'dois faire avec ses conséquences
Trop de promesses, on fait connaissance mais combien se connaissent ?
Faut qu'on progresse pour être honnête, moi, la France, j'ai tendance à l'écrire avec un S
On fabrique à l'étranger si c'est moins cher, et toi, t'irais où si venait la guerre ?


On oublie l'histoire, on refait l'histoire, la paix au pied du mur de nos frontières
Mon padre vit en français mais rêve en espagnol, est-ce que c'est grave ?
Et il écrit "Vive la France" avec une faute d'orthographe

[Couplet 2 : Bigflo]
Beaucoup de questions, peu de réponses, j'ai que les paroles d'une chanson
Comment être un artiste engagé quand je sais pas vraiment quoi penser ?
Tout c'qui est sûr, c'est qu'j'suis Français, que mes grands-parents ne l'étaient pas
Mais c'qui compte, c'est plutôt l'arrivée ou la ligne de départ ?
Et putain, c'que j'aime la France pour son histoire, pour ses châteaux, pour ses cathédrales
Pour sa campagne, pour sa culture, pour ses montagnes, eh ouais
Mais on s'bouffe entre nous comme des cannibales, tous dans le même bateau, ça, c'est capital
Plus de nuance, que du radical, tous cachés derrière une barricade
Tout le monde sait tout, hein ? L'estime de soi est haute


On rejette la faute sur l'autre, mais les autres, c'est nous
Et parait qu'y a le feu à la chapelle, le pays de Jeanne d'Arc ou de Jamel ?
Paraît qu'être aigri, c'est notre fierté, qu'on est les rois d'la liberté
Dans le grimoire, y a les gaulois, y a les chevaliers
Mais dans la cuisine, y a ma grand-mère et ses tatouages berbères effacés
Des fois, j'me dis : "Viens, j'me casse, j'prends une maison au bord d'un lac"
Et puis le soir, devant la glace, j'me ravise de partir comme un lâche
Parce que j'crois qu'j'aime ce pays malgré tout, quand j'en pars, je ne pense qu'à mon retour
Elle est belle ma France et son terroir, même si c'est pas moi qu'elle voit dans l'miroir
J'me dis qu'on pourrait le faire, briser le plafond de verre
Au lieu de pointer les différences de chacun, s'concentrer sur tout c'qu'on a en commun

[Outro : Bigflo & Oli, ensemble]
Les parties de Monopoly, pleurer sur les sons de Johnny


Écouter les conseils des vieux, la Bretagne, même s'il pleut
Prendre plein de médicaments, l'aspirine et le Doliprane
Omar Sy et Zidane, dire que c'était mieux avant
La vie en rose d'Édith Piaf, les perles de pluie de Jacques Brel
Faire des sculptures avec le truc rouge qu'y a autour du Babybel
L'heure de l'apéro, pas assumer la gueule de bois
Râler quand il fait trop chaud et râler quand il fait trop froid
La France, je l'aime, j'veux encore d'elle
Français de la tête aux orteils
Mais toutes ces erreurs qui nous précèdent
Voilà pour elle un beau poème
Sacré mélange, sacré cocktail
Certains me disent qu'il est mortel
Mais malgré tous les problèmes, je t'emmène


Dans mon sacré bordel


Bigflo & Oli - Sacré Bordel - Traduction Française (Paroles)


Pourquoi suis-je mal à l'aise devant mon propre drapeau?
Pourquoi est-ce que je le vois brandi uniquement à l'étranger ou chez Fachos?
Pendant longtemps, il a fallu la poussière, la mienne ne m'a pas trop bien servi
Pourquoi cela me dérange-t-il moins quand c'est celui de l'Argentine ou de l'Algérie?
Je réponds: "Je suis Français", avec un air hésitant, comme pour douter de cela devenait évident
Peu importe le bord, peu importe le côté, on m'a dit de détester le président
Je viens du pays où le temps est toujours ensoleillé mais aussi de celui où il pleut tout le temps
Dis-moi qui je suis le descendant de: collaborateurs ou combattants de résistance?
Autant d'idiots que des complexes, si je pars, je ne me manquerai pas
Mais à l'autre bout du monde, premier réflexe: je cherche s'il y a français
J'aime la France, comme une tante avec qui je ne suis pas toujours d'accord, qui fait trop peu d'effort
Mais pour qui je vais pleurer toutes les larmes de mon corps quand il meurt


Avez-vous vu combien de temps ça dure? Amour ou haine, ce n'est pas une petite affaire
La police, celles des bavures sales ou celles de la ligne de front à l'hyper cacherie?
Voir ailleurs, prenez un pas en arrière, essayez de couper la poire en deux
Lorsque vous allez en Inde, vous sentez le français; Quand nous reviendrons, nous nous sentons chanceux
Souvent, nous trouvons les réponses lorsque nous ne nous attendons pas à celles-ci (lorsque nous ne nous attendons pas à eux)
Ici, c'est à celui qui va mentir le plus sincèrement
Nous nous aimons (nous nous aimons) seulement après la Coupe du monde ou les attaques (les attaques)
Comme ces familles qui ne se rencontrent que dans les mariages ou les funérailles
Ça te rend bizarre mais je l'aime, ce pays, celui qui m'impompense et me couvre des impôts
Celui qui me paye à la pharmacie, qui m'a pris libre de voir la mer dans le camp
Son histoire, je connais ses horreurs mais aussi son pouvoir
Je ne suis pas responsable de ses erreurs, mais je dois faire face à ses conséquences
Trop de promesses, nous apprenons à nous connaître mais combien de personnes se connaissent?
Nous devons progresser pour être honnête, moi, la France, j'ai tendance à l'écrire avec un S


Nous fabriquons à l'étranger si c'est moins cher, et vous, où iriez-vous si la guerre est venue?
Nous oublions l'histoire, nous refaisons l'histoire, la paix au pied du mur de nos frontières
Mon père vit en français mais rêves en espagnol, ça compte?
Et il écrit "Vive La France" avec une faute d'orthographe

[VERSE 2: BIGFLO]
Beaucoup de questions, quelques réponses, je n'ai que les paroles d'une chanson
Comment puis-je être un artiste engagé quand je ne sais pas vraiment quoi penser?
Tout ce qui est certain, c'est que je suis français, que mes grands-parents n'étaient pas
Mais ce qui compte, c'est la finition ou la ligne de départ?
Et sacrément, j'aime la France pour son histoire, pour ses châteaux, pour ses cathédrales
Pour sa campagne, pour sa culture, pour ses montagnes, ouais
Mais nous nous mangons les uns des autres comme des cannibales, tout dans le même bateau, c'est capitale
Plus de nuance que radical, tous cachés derrière une barricade


Tout le monde sait tout, non? L'estime de soi est élevée
Nous mettons le blâme sur l'autre, mais les autres sont nous
Et apparemment, il y a un feu dans la chapelle, le pays de Joan d'Arc ou Jamel?
Il semble que ce soit axé dans notre fierté, que nous sommes les rois de la liberté
Dans le Grimoire, il y a les Gaulois, il y a les chevaliers
Mais dans la cuisine, il y a ma grand-mère et ses tatouages ​​berbères effacés
Parfois, je me dis à moi-même: "Allez, je suis dehors, je prends une maison près du lac"
Et puis dans la soirée, devant le miroir, je décide de partir comme un lâche
Parce que je pense que j'aime ce pays malgré tout, quand je pars, je pense seulement à mon retour
Elle est belle ma France et sa terre, même si ce n'est pas moi elle voit dans le miroir
Je me dis que nous pourrions le faire, casser le plafond de verre
Au lieu de souligner les différences de chacun, concentrez-vous sur tout ce que nous avons en commun

[Outrée: Bigflo & Oli, ensemble]


Jeux monopolisés, pleurant sur les sons de Johnny
Écoutez les conseils des personnes âgées, de la Bretagne, même si elle pleut
Prendre beaucoup de drogues, d'aspirine et de doliprane
Omar Sy et Zidane, disent que c'était mieux avant
La Vie en a rose de Edith Piaf, perles de pluie par Jacques Brel
Faire des sculptures avec les trucs rouges autour du babybel
L'heure d'apéritif, ne supposez pas la gueule de bois
Gémir quand il fait trop chaud et gémir quand il fait trop froid
France, je l'aime, je le veux toujours
Français de la tête aux orteils
Mais toutes ces erreurs qui nous ont précédé
C'est un beau poème pour elle
Mélange sacré, cocktail sacré
Certains me disent que c'est mortel


Mais malgré tous les problèmes, je vous prends
Dans mon désordre